La découverte des utilisateurs à Agile France

Juste quelques mots pour revenir sur mes deux jours à Agile France et partager sur les ateliers et présentations auxquels j’ai assisté. Comme d’habitude les conférences proposées sont toutes très attractives et une des difficultés est de choisir. Cette année, j’ai orienté ma préférence sur les ateliers sous forme de jeux et ceux qui traitent du besoin utilisateur. Je vais donc aborder ci-dessous l’atelier-jeu sur « À la découverte de vos clients » animé par Pascal POUSSARD et Grégoire QUENTIN et la présentation « Design Sprint, 18 mois + tard : joies, détresses, bonnes pratiques«  par Paul DEPRE.

Commençons par « À la découverte de vos clients« . Le décor est posé! Dans une équipe de 5 personnes, nous devons réaliser un logiciel sur smartphone à la suite d’un e-mail envoyé par un manager et qui s’est récemment mis au tir à l’arc. Cette application sera « la bible de l’archer ». Le jeu va se dérouler sous la forme de plusieurs itérations ou sprints au cours desquels l’équipe va devoir choisir les éléments à développer en déposant les cartes fonctionnalités sur une feuille A3 modélisant un écran d’application mobile (écran unique pour faciliter l’atelier). A la fin de chaque sprint, les animateurs calculent un nombre d’utilisateurs connectés selon la pertinence de l’application développée par rapport au besoin. Le but premier du jeu, est d’avoir à la fin du sprint le maximum d’utilisateurs connectés ou du moins, plus d’utilisateurs que les 4 autres équipes qui participent au challenge.

Voilà donc le début du premier sprint et chaque équipe reçoit :arrow-37061_1280

  • La copie papier d’un e-mail de la commanditaire du produit.
  • Des fonctionnalités sous forme de cartes recto/verso ayant chacune un coût associé en point de capacité (d’autres fonctionnalités seront distribuées dans les sprints suivants)
  • Une carte fonctionnalité libre pour nous laisser exprimer notre créativité.
  • Un nombre de jetons représentant la capacité de l’équipe de développement à réaliser les fonctionnalités. Cette capacité distribuée à chaque sprint pourra augmenter simulant ainsi la montée en compétence de l’équipe.
  • Une feuille A3 représentant l’écran d’un smartphone sur lequel les équipes vont pouvoir déposer les fonctionnalités à chaque sprint.

Quelques minutes plus tard, l’équipe fait valider son application par l’animateur qui lui indique le nombre d’utilisateurs connectés. Nous avons obtenu 23 utilisateurs pour le premier sprint. On est loin des 1000 utilisateurs possibles de la feuille. Faisons encore quelques sprints pour voir si nous ne pouvons pas nous rapprocher du besoin des utilisateurs et augmenter ainsi le nombre de connectés!

Au fil des itérations, les animateurs dévoilent différentes techniques d’étude du besoin en se basant sur la théorie aussi bien que sur leur expérience. Au premier sprint, Pascal POUSSARD nous explique le concept de « pitch vision » en prenant l’exemple de Ridley Scott qui aurait pitché « Alien » comme étant « Les Dents de la mer dans l’espace »…Nous allons aborder lors des différents sprints, les Personas, l’étude marketing, les interviews utilisateurs, l’AB-testing… jusqu’au concept de pivot comme surprise finale. L’application à développer ne ciblera finalement pas les archers mais devra permettre des rencontres amicales.

Après deux heures bien rythmées et pas mal de bonne humeur,  ce jeu m’a permis de revoir plusieurs techniques d’étude du besoin utilisateur et nous prouve encore une fois l’importance de bien connaître les utilisateurs avant de se lancer dans la réalisation. L’application simulée sur feuille A3 peut être considérée comme un MVP, nous permettant de tester la motivation des utilisateurs, comme nous aurions pu le faire lors d’un design sprint…

La transition est toute trouvée pour aborder la présentation de Paul DEPRE sur le2017_07_03_22_58_08_Amazon.fr_Sprint_How_to_Solve_Big_Problems_and_Test_New_Ideas_in_Just_Five_Da design sprint. Après 18 mois de pratiques du design sprint et plus de 30 sprints pour plusieurs sociétés, Paul  nous partage ses recettes et ses déboires en repartant d’abord de la définition théorique et du livre de Jake Knapp « Sprint : how to solve big problems and test new ideas in just five days ». Un Design Sprint, c’est donc :

  • un problème ou une idée à tester/valider
  • une équipe de 8 personnes maximum
  • 5 jours d’ateliers

Premier conseil capital, ne jamais oublier le décideur ou un de ses représentants dans l’équipe qui réunira aussi un designer et un sprint master; personne qui va faciliter le sprint.

Parmi les retours positifs ou les joies, Paul nous indique apprécier la vitesse d’exécution ou le rythme imposé par la méthode, même si le Sprint ne dure pas 5 jours mais plutôt 2 semaines. Le fait d’arriver à un prototype à la fin du Sprint et de pouvoir le faire tester est aussi un facteur de satisfaction. Enfin le format invite les personnes à sortir de leur quotidien dans la bonne humeur, apporte des bénéfices indirects en créant des interactions et des liens entre les personnes dans un terreau propice aux échanges…

Parmi les détresses ou les difficultés rencontrées, le premier est de mal définir le challenge ou le problème auquel le sprint doit répondre, d’avoir envisagé un périmètre trop vaste et donc de ne pas pouvoir fournir un prototype concluant à la fin du sprint. Pour éviter ce problème, Paul nous conseille de faire précéder le sprint par une phase de préparation en amont. De même, afin de faire adhérer rapidement les participants à la méthode pour commencer les ateliers du premier jour sans perdre de temps, il sera astucieux de préparer celles-ci avant le sprint. Le fait d’obtenir peu de retours des personnes qui testent le prototype ou d’avoir un prototype qui ne répond pas à la problématique, sont autant des facteurs qui peuvent entraver le succès de la démarche…

Il n’existe pas de recette miracle pour éviter ces problèmes mais quelques bonnes pratiques et comportements permettent néanmoins de les anticiper ou de diminuer leurs effets. Soyez pédagogue, expliquez la méthode et le déroulement du Sprint avant la première journée; vous gagnerez ainsi un peu de temps pendant le sprint. Soyez agile avec la méthode en adaptant celle-ci au contexte, en choisissant vos ateliers et en préparant une phase amont de design thinking. Formez-vous et devenez un maître dans l’art des tests utilisateurs… Recrutez ces derniers le plus tôt possible, dès la première journée.  Préparez un guide pour les tests mais laissez une certaine latitude aux testeurs. Vous pouvez par exemple, les laisser parler en laissant des blancs dans les interviews. Autre conseil, débriefez à chaud afin de ne rien oublier et consignez les résultats des tests dans un tableau de management visuel.  Enfin, accompagnez les utilisateurs en fin de sprint, ne les laissez pas sans nouvelle une fois les tests terminés. Vous pouvez même effectuer des recommandations pour terminer…

Si vous souhaitez en savoir davantage, vous pouvez participer à cette présentation à Agile en Seine le 20 septembre prochain, regarder cette vidéo de MIXIT 2017 : « Comment sauver la princesse… et si le Design Sprint m’était conté ? » ou encore lire cet article de blog de Paul DEPRE qui détaille son expérience sur le design sprint.

Liens et Références :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s